Google Play

UNICEF

Profil de l´entreprise

Entreprise :UNICEF
Ville :Libreville
Pays :
Gabon
Secteur d´activité :
Activités associatives
Services autres
Services collectifs et sociaux, services à la personne
Site Internet : https://www.unicef.org

Description de l'entreprise

Les priorités de l’Unicef pour la Région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre découlent de son plan stratégique 2018-2021 visent à l’atteinte de résultats palpables au profit des enfants. Dans le domaine de la santé les priorités sont liées aux résultats clés suivants : (i) Réduire l’écart de l’iniquité en matière de vaccination à travers l’éradication de la polio et le renforcement de la vaccination de routine, (ii) Sauver plus de nouveau-nés et (iii) Réduire le gap en matière de prise en charge des maladies tueuses des enfants de moins de 5 ans.
Une analyse récemment publiée par l’OMS a montré que les pays de la région de l’Afrique de l’Ouest et du centre comme le Gabon n’ont pas pu atteindre l’objectif de 15% fixé par la déclaration d’Abuja il y a environ 16 ans. On le sait la disponibilité du financement est un facteur crucial qui détermine la performance d’un système de santé. En Afrique subsaharienne, les dépenses publiques de santé restent encore trop faibles pour garantir un accès équitable aux services et aux interventions essentielles de santé. En effet, les budgets du secteur de la santé oscillent autour de 7% en moyenne dans ces pays, avec une stagnation de 4 à 5% sur plusieurs années.
Dans le domaine de la vaccination, tous les pays de la région ont adhéré au renforcement de l’initiative vaccinale lancée depuis 1974 et ont mis en place de Programmes Elargis de Vaccination (PEV), qui sont des entités plus ou moins autonome des Ministères de la Santé dont la mission est de contribuer à une meilleure survie de l’enfant en réduisant la morbidité et la mortalité attribuables aux maladies évitables par la vaccination.
Les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure de la région, hormis le Cap Vert, sont régulièrement confrontés à des difficultés pour le financement de ces programmes de vaccination, en dépit de l’engagement des gouvernements traduit par la création de programmes dotés de lignes budgétaires pour la vaccination. Parmi ces pays, la situation du Gabon semble préoccupante malgré l’obtention du statut de pays libre de polio par la Commission Régionale de Certification pour l’Afrique.
Selon les estimations conjointes OMS UNICEF de 2017, la couverture vaccinale au Gabon pour la troisième dose du vaccin Pentavalent a stagné à 75%, loin des 90% requis par l’Organisation Mondiale de la santé (OMS). Cette moyenne nationale cache les disparités au niveau régionale. On note que six régions sanitaires sur dix ont atteint une couverture vaccinale (Penta3) supérieure ou égale à 80% et que deux régions sanitaires enregistrent les plus faibles couvertures vaccinales en penta 3 en deçà de 57%.
De même, quelques départements sanitaires restent silencieux à la surveillance des maladies évitables par la vaccination. Au vu des statistiques disponibles, et malgré les efforts du Gouvernement de doter le PEV en ressources budgétaires, fort est constater que près de 25% d’enfants survivants (environ 16.957 ames) échappent encore à la vaccination, de tels indicateurs exposent les enfants aux épidémies et aux maladies évitables par la vaccination.
Dans la continuité de ces efforts, et tenant compte du projet de l’opérationnalisation des départements sanitaires promu par le Gouvernement, il y a un besoin urgent, d’analyser le budget du ministère de la santé afin d’y identifier des possibilités de réallocation de certaines lignes budgétaires en faveur de la vaccination aussi bien au niveau central qu’au niveau opérationnel. Le département sanitaire est l’unité opérationnelle de mise en œuvre des activités de santé primaire dont la vaccination. La disponibilité des ressources pour la mise en œuvre des activités à ce niveau permettrait d’améliorer les performances du programme de vaccination.
L’analyse budgétaire du Ministère de la Santé une étape importante dans le processus de planification du PEV. Elle apporte des informations financières essentielles pour atteindre au niveau national une couverture vaccinale d’au moins 90%. Les services de vaccination ne peuvent concrétiser leur potentiel pour améliorer la santé des enfants que s’ils disposent d’un financement fiable et suffisant. Il est largement reconnu que la planification stratégique de la vaccination suppose des informations crédibles sur les niveaux et les destinations de dépenses, les sources de financement, les déficits de financement et les besoins futurs.